En entrant dans cet espace, vous pourriez bien vous y rencontrer. Découvrir vos profondeurs et lever tous vos blocages. Et retrouver l'apaisement. Un voyage vers soi à travers l'infini de l'arbre familial, son champs des possibles et la Psychogénéalogie.

Pourquoi dit-on cousins « germains » ?

Pourquoi dit-on cousins « germains » ?

Il n’y a pas en fait que les cousins qui peuvent se voir qualifier de « germains » et l’on parle tout aussi bien de frères « germains » et de sœurs « germaines ». Qu’entend-on par là ?

Le mot n’a rien à voir avec l’ancien peuple des Germains, habitants de la Germanie, désignés ainsi à l’origine par les Romains, d’après un mot latin signifiant « primitif ».

Il n’a rien à voir, non plus, avec nos prénoms Germain et Germaine, popularisés très tôt par saint Germain-l’Auxerrois, ainsi surnommé d’après sa cité d’origine.

Le terme, en fait, vient plus simplement du mot « germe » et était presque un pléonasme, en ce qu’il désignait des frères et des sœurs (comme on trouve, en espagnol, ses équivalents hermano et hermana), en référence au même germe qui les avait fabriqués. Pas complètement un pléonasme, puisque permettant de différencier les cas de frères et sœurs ayant même père et même mère (justement dits « germain(e)s) » des demi-frères et demi-sœurs, nés seulement d’un même père ou d’une même mère.

Les premiers se sont vus nommer « consanguins » et les seconds « utérins », en témoignage des connaissances ou plutôt des ignorances anciennes, faisant penser que le père transmettait à lui seul la vie (le sang) et que la femme ne faisait que prêter son corps (via son utérus) comme réceptacle.

 

sce: JL Boucarnot

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :