ANASTASIA PSYCHOGENEALOGIE

ANASTASIA PSYCHOGENEALOGIE

En entrant dans cet espace, vous pourriez bien vous y rencontrer. Découvrir vos profondeurs et lever tous vos blocages. Et retrouver l'apaisement. Un voyage vers soi à travers l'infini de l'arbre familial, son champs des possibles et la Psychogénéalogie.


Comment surmonter l'addiction au besoin de reconnaissance?

Publié par Anastasia Gross sur 6 Novembre 2020, 14:04pm

Catégories : #ARTICLES

Comment surmonter l'addiction au besoin de reconnaissance?

Qu’y-a-t-il de mal à vouloir plaire aux autres ?

En principe, avoir envie de plaire aux autres n’est pas quelque chose de mal, bien au contraire. Mais être sans cesse en train de rechercher l’approbation des autres dans tout ce que nous faisons peut nous faire beaucoup de mal.

Le besoin de reconnaissance peut devenir un problème lorsqu’il devient l’unique moteur de tout ce que nous entreprenons. En premier lieu, ceux qui cherchent absolument l’approbation des autres sont totalement dépendant-e-s et développent une faible estime d’eux-mêmes, voire une absence totale de confiance en eux.

L’autre problème principal de cette attitude réside dans le fait qu’elle rend vulnérable ceux qui l’adoptent à la manipulation. Lorsque ceux qui les entourent découvrent qu’ils ont absolument besoin d’être reconnu-e-s et validé-e-s par leur entourage, ils savent qu’ils vont pouvoir tirer profit de cette situation.

Au bout d’un certain temps, les personnes qui recherchent sans cesse l’approbation des autres finissent par entrer dans un cercle vicieux dont il est très difficile de s’échapper. Pas seulement parce qu’elles se sont habituées à faire valider leurs décisions par les autres, mais aussi parce que les autres les mettent sous pression et savent qu’elles dépendent totalement de leur opinion.

Les conseils que nous allons vous donner dans la suite de cet article vont vous être très utiles si vous vous trouvez dans cette situation. Vous allez pouvoir, avec leur aide, gagner en confiance et en sécurité, pour commencer, dès aujourd’hui, à prendre vos propres décisions.

1 – Dites ce que vous pensez

Il n’est pas aisé de dire tout ce que nous pensons. Parfois, la prudence nous intime de nous taire, mais à d’autres moments, nous avons le devoir de dire la vérité. Pour y arriver, vous devez vous entraîner

Commencez par vous parler à vous-même, par reconnaître vos pensées, par valider vos opinions, même si vous pensez que ce n’est pas du tout ce que les autres peuvent considérer comme valable ou comme pertinent.

Pratiquer votre manière de vous exprimer sans offenser les autres, mais tout en vous respectant vous-même, en laissant libre cours à vos idées et à vos aspirations personnelles. Ne laissez pas votre besoin de reconnaissance biaiser votre pensée. Ce que pensent les autres ne doit pas être votre préoccupation première, surtout si leurs idées vont contre vos intérêts.

Vous pouvez plaire aux autres sans avoir à vous trahir. Si vous ne dites pas ce que vous pensez, vous laissez tout le loisir à ceux qui vous entourent de vous manipuler. Ce n’est absolument pas la bonne manière de gagner leur respect.

2 – Commencez par vous approuver vous-même

Le fait d toujours être à la recherche de l’approbation et de la validation des autres implique que vous soyez perpétuellement préoccupé-e par la mauvaise opinion que votre entourage pourrait développer de vous. Cela vous rend vulnérable et fait de vous une victime parfaite pour les personnes proches de vous dotées de mauvaises intentions.

Cela nuit totalement à votre créativité, à votre joie de vivre, à votre bonté et à votre spontanéité.

Vous devez commencer par vous reconnaître vous-même, par vous valider et vous approuver. Soyez fier-ère de vous. N’attendez pas que le monde applaudisse des deux mains chacune de vos décisions. Il ne s’agit en aucun cas d’être égoïste, bien au contraire. Une personne qui est fière d’elle et qui se sent bien est plus utile aux autres, car elle est heureuse et qu’elle sait exactement où aller.

3 – Vos décisions feront toujours des déçu-e-s

Le besoin de reconnaissance est un sentiment qui nous pousse à essayer de gagner et de maintenir une sensation de contrôle. Si nous pouvons rendre les gens autour de nous heureux, nous nous imaginons que nous pouvons l’être aussi, car nous ne serons pas rejeté-e-s ou abandonné-e-s.

Mais vous ne pouvez en aucun cas contrôler les pensées des autres, ni plaire à tout le monde. Quoi que vous fassiez, vous ferez toujours des déçu-e-s ou des mécontent-e-s. Nous ne sommes pas des êtres parfaits qui peuvent agir en syntonie avec l’intégralité de leur environnement et de leurs congénères.

4 – Concentrez-vous sur le vrai et soyez vous-même

La mentalité de groupe ou, pour mieux dire, l’instinct grégaire, peut nous pousser à nous forger des idées fausses sur ce que nous sommes censé-e-s faire, sur ce qui est majoritairement accepté par le groupe.

Pour ne pas nager à contre-courant, nombreuses sont les personnes qui agissent en contradiction avec leurs idéaux ou avec leurs passions.

Ces comportements peuvent construire, à long terme, une dynamique qui nous aliène totalement aux autres, qui peut nous faire perdre toute notre personnalité et désintégrer notre capacité à prendre des décisions.

A partir de maintenant, concentrez-vous sur ce que vous considérez juste, analysez votre propre philosophie et fixez vos propres objectifs.

Si vous n’aimez pas le courant majoritaire du groupe auquel vous appartenez, pourquoi essayer de vous y complaire ? Quel intérêt auriez-vous à faire partie d’un tel cercle ?

5 – Ne présumez pas des étiquettes que vous collent les autres

Nous sommes parfois si préoccupé-e-s par notre besoin de reconnaissance que nous sommes persuadé-e-s, sans même y réfléchir, que ceux qui nous entourent nous ont collé telle ou telle étiquette.

Cependant, la plupart des gens autour de nous n’ont pas des idées aussi radicales ou ne jugent pas les autres en un clin d’œil, car ils essayent avant tout de comprendre leur façon d’être et de voir ce qu’ils peuvent apporter au reste du groupe.

Les personnes qui tentent de vous convaincre qu’elles ont raison peuvent aussi avoir ce raisonnement universaliste. Le fait qu’elles ne pensent pas comme vous ne veut pas dire qu’elles n’éprouvent pas de tendresse pour vous et qu’elles ne pensent pas que vos différences sont une véritable richesse.

Être en harmonie avec vous-même et dire aux autres ce que vous pensez est la meilleure façon de gagner le respect du groupe social dont vous faites partie.

Si on vous colle des étiquettes qui ne vous correspondent pas, c’est que l’intégralité de ce groupe ne vous correspond pas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Nous sommes sociaux !

Articles récents