ANASTASIA PSYCHOGENEALOGIE

ANASTASIA PSYCHOGENEALOGIE

En entrant dans cet espace, vous pourriez bien vous y rencontrer. Découvrir vos profondeurs et lever tous vos blocages. Et retrouver l'apaisement. Un voyage vers soi à travers l'infini de l'arbre familial, son champs des possibles et la Psychogénéalogie.


LE DEUIL DU PASSE

Publié par Anastasia Gross sur 8 Octobre 2020, 21:15pm

Catégories : #ARTICLES

LE DEUIL DU PASSE

Chaque fois, que nous changeons quelque chose dans notre vie, il y a un DEUIL à faire. Changer de travail, changer de relation…….. Il est important de ne pas transporter aujourd’hui ce qui a fait hier. Une page se tourne, refermons le livre.
Faire son deuil revient à accepter la réalité du changement nécessaire et inévitable. Ces cinq étapes ne sont pas nettement différenciées, mais s’ interpénètrent. Il arrive d’en traverser deux en même temps. Elles ne sont pas vécues dans un ordre chronologique, tout dépend, pour chacun de son propre cheminement, de son histoire personnelle, de sa personnalité. Cependant, elles se retrouvent toujours. Il se peut que l’on soit obligé de revenir plusieurs fois sur une étape avant de la dépasser.
LE REFUS.
La personne confrontée à un changement inéluctable, ce qui revient à vivre une perte, se retrouve dans un état d’étonnement et d’ inquiétude. Elle éprouve des sentiments négatifs profonds, incluant, frustration, désillusion, remise en question totale de sa valeur personnelle. Son centre de gravité est bousculé, sa sérénité touchée. On peut admettre intellectuellement, mais pas émotionnellement. Le stress provoque une régression, pour se protéger de ces changements, la personne peut réactiver son passé.
LA COLÈRE.
Après le REFUS vient la certitude du changement qui va provoquer impuissance et irritation ! La personne traverse alors une période où elle est très critique à l’égard de tous éléments ou personnes liées au changement qui s’opère en elle. Il est indispensable de ne pas refouler la colère, mais de l’exprimer.
LE MARCHANDAGE.
Dans l’intention de changer la réalité, la personne qui voit la perception de son monde changer, sa relation aux autres s’obscurcir, ses proches ne la comprennent plus, elle adopte une attitude de “ donnant/donnant” pour continuer à garder un minimum de contrôle sur ce qu’elle vivait avant. La phase du MARCHANDAGE est brève. Il faut en sortir rapidement, car elle entretient de faux espoirs.
LA TRISTESSE.
Lorsque la personne réalise que le changement est définitif, c’est le temps de la souffrance du cœur, de la tristesse. C’est la “ dépression ”, le manque de pression, elle se sent vide ! Un sentiment d’impuissance accompagné d’une crainte est présent. C’est la prise de conscience.
L’ACCEPTATION.
La question qui se pose est : ------Que puis-je retirer de mon vécu? ----Comment construire, maintenant mon avenir ? L’entrée de l’acceptation se fait par la porte de la décision personnelle de ne plus être victime, mais acteur de sa vie. Elle peut, maintenant réorganiser sa vie.
La transition va porter sur trois types de croyances.

Personnelles : sur la personne elle-même, sur ses valeurs, sur son estime.

Communautaires : comment voir les autres maintenant ? Quelle place je prends?

Le regard : le regard des autres sur elle, quelle importance donner aux regards des autres sur sa vie ?
Tout ce travail de deuil mène la personne à la réaffirmation de l’être qu’elle est, de ses dons, de ses capacités, de sa valeur. Elle devient qui elle est vraiment.
La vie est une succession de deuils. Osons, lorsqu’un livre est fini, en réécrire un autre, il est la suite logique du premier, si nous avons laissé le passé dans le premier livre. Posons les histoires d’hier sur une étagère, elles existent, cependant, nous ne sommes pas obligé d’aller les relire chaque jour.
VIVONS AU PRÉSENT.
Sce:La Voie de l’Etoile.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Nous sommes sociaux !

Articles récents