En entrant dans cet espace, vous pourriez bien vous y rencontrer. Découvrir vos profondeurs et lever tous vos blocages. Et retrouver l'apaisement. Un voyage vers soi à travers l'infini de l'arbre familial, son champs des possibles et la Psychogénéalogie.

La Psychogénéalogie expliquée ici 1ère partie

La Psychogénéalogie expliquée ici 1ère partie

La psycho généalogie (la racine de l’etre ) est une exploration de l’histoire familiale. C’est une descente dans la lignée paternelle et maternelle de la personne ; C’est un arbre généalogique avec quelques données supplémentaires. On ajoute des couleurs sur les migrations, les lieux de décès, ainsi que les guerres.

Cette descente dans les profondeurs doit être faite avec respect. Des résistances peuvent apparaitre et des portes claquent. Des mémoires inconscientes transmises de génération en génération peuvent être mises en relief. Les prénoms et le décodage des maladies, des secrets seront dévoilés.

L’être se découvre dans sa nudité. Les empreintes des vies de nos ancêtres et l’histoire d’un pays et de sa culture font partie de notre bagage. Nos racines se confondent avec celles de la Terre Mère. Au fil de l’histoire des migrations se sont produites. Il y a eu des guerres de clans : que de sang versé ! Nos racines sont abreuvées de cette épidémie.

Pas une nation n’a été à un moment ou à un autre, le bourreau d’une autre. Ces mélanges au gout amer peuvent briser une vie. Réparer son histoire suppose que l’on a compris. Cette exploration permet de mettre à jour un mal être diffus. Les descendants peuvent ne pas se charger des problèmes des ancêtres. On ne remplacera pas un mort regretté dont le deuil n’a pas été fait. Un non dit transmis à la génération suivante plombe une vie.

On appartient à une lignée mais on n’endosse pas les problèmes non résolus. On fait une paix collective ; en soi et autour de soi. Tout cela doit être intégré et dépassé. Les chagrins trouvent une expression. Les dévalorisations sont rejetées et l’individu est enfin libéré. On assume totalement son passé et on butine dans le jardin familiale pour en faire son miel.

Ce travail demande d’être totalement hors jugement, alors on peut dénouer les nœuds.
Il existe une « âme collective familiale » qui peut en cette période unique pour l’humanité être épurée de tout un passé. Commençons par le début et parlons de la conception de l’enfant ; a-t-il été désiré et par qui ? A coté d’un acte inconscient il existe toujours une conscience.

C’est l’inconscient familial. En général elle termine les histoires d’amour non terminées. On règle les comptes en quelques sortes. Bien souvent avoir été l’ainé d’une grande fratrie peut conduire à ne pas vouloir d’enfant. Un enfant non reconnu porte des séquelles. Parfois l’enfant remplace une autre personne morte dans l’arbre, décès à la suite d’une mort violente et qui n’a pas été accepté. C’est un enfant de remplacement, on retrouve des similitudes dans les prénoms, les dates de conception, ou de décès.
Il y a aussi l’enfant né au point V ; il s’agit d’ajouter 6 mois à la date de naissance. Dans ce cas il faut connaitre les causes tout alors expliqué peut être intégré et accepté. Le coté réparateur peut être vécu en positif ou en négatif ; Cela dépend des mots dits ou des non dits. L’enfant peut être programmé pour entretenir la mémoire d’un aïeul marquant.

On trouve des phrases comme ; mon père a choisi ma vie à ma place et je n’étais pas à ma place. Sois libre. Mon grand père était un homme juste, et très droit. « L’enfant accidentel » peut être responsable du mariage de ses parents. Ces unions finissent par un divorce où l’union est vécue dans un climat larvé et dont les membres subissent les conséquences. La violence présente dans le couple est gravée dans les mémoires.

J’ajoute que toutes les guerres sont marquées par des viols (guerre d’Algérie, 2è guerre mondiale, croisades,.....). Les descendants portent les souffrances perpétrées par les guerres. On ressent ce que d’autres ont tu. De 1941 à 1943, 36000 Roms sont morts déportés dans les camps. De nombreux tsiganes ont été internés de 1941 à 1945.
Je veux noter que les dons de sperme et d’ovocyte commencent à poser problèmes, ne parlons même pas des problèmes liés aux mères porteuses. Comment pensez-vous que l’enfant vit la passation d’une mère à l’autre ? L’enfant le plus jeune est souvent le bâton de vieillesse de ses parents.

On retrouve ici la vieille fille aigrie, qui ne s’est pas détachée de ses parents, occupant par ailleurs un poste à responsabilité ; elle ne souffrait pas la moindre anicroche. Un aïeul part à la conception d’un nouvel enfant ; C’est la vie qui revient en force en portant en elle la joie de voir naitre un enfant. La date de conception se calcule en ajoutant 3 mois à la date de naissance.

Un enfant qui se suicide montre d’une façon inconsciente la façon dont il a été conçu. La vie se termine par un « accident » comme elle a commencé. Si l’enfant qui a débouché sur une fausse-couche était né, je ne serais pas là ; Il y a eu un deuil non fait. Les avortements entrainent chez la femme qui le fait pratiquer une grande culpabilité. Le fœtus laisse des traces dans les mémoires.

On trouve un dégout chez certaines femmes vis à vis du sang mensuel. L’enfant qui vient après une fausse couche devient l’enfant de remplacement. Mettre des mots sur les souffrances d’un enfant qui inconsciemment se sent responsable d’exister à la place de l’autre. La mise en mots permet d’avancer sur le chemin de la destinée. En lui donnant un prénom ma fille non née (Andrée) ; j’ai fait la paix avec elle. Les enfants « perdus » doivent être placés dans l’arbre généalogique. Dominique tient une 4è place, dans l’arbre. Tout comme je ne suis pas l’ainée dans ma famille mais le 2è enfant, Béatrice étant la 3è.

Des transmissions sont en chemin au moment du projet d’avoir un enfant. Les parents projettent des images de l’enfant attendu. Un enfant non programmé n’est pas pour autant mal aimé, il peut même être le préféré. La mère qui a avant une grossesse perdu un enfant génère des angoisses. Le bébé enregistre toute l’histoire de sa lignée familiale ; paternelle et maternelle.

Les états d’âme y sont enregistrés ainsi que l’histoire de l’humanité toute entière.
Quand mon père est né, il avait la taille d’une bouteille, et l’accoucheur a dit à ma grand-mère, « oh il ne vivra pas, il est trop petit ». Né en 1912, Il a survécu à 2 guerres mondiales et à l’indépendance de l’Afrique du Nord. Quel impact une telle phrase peut avoir sur une mère ! Il a aussi connu des privations relatives à la guerre et à la température glaciale de la région de l’Est, dans le 1è cas. Il est parti en Italie dans le 2è cas, 6 mois après son mariage.

Qui plus est, il y avait déjà un garçon (le frère ainé Maurice) une fille était peut être attendue. Le 1è enfant de couple avait été une fille, morte à la naissance. Tout enfant porte en lui sa part d’ombre. Le bébé souffre avec sa mère pendant l’accouchement et sa mémoire s’imprègne de cette transmission. Y a-t-il dans cette lignée des morts pour raisons politiques ?
Un enfant qui nait avec un handicap déclenche chez les parents des désirs de surprotection. L’enfant développe alors un sentiment de toute puissance qui en fait un petit tyran. Les descendants portent aussi en eux les traces des femmes mortes en couches, (difficultés à concevoir UN enfant), un refus de sexualité. Un homme choisira une partenaire stérile.

L’enfant survivant à sa mère porte inconsciemment le sentiment d’abandon qu’il transmet. Il faut redonner sa place à la femme morte en couches dans l’arbre. On peut aussi pour réparation écrire une lettre à la femme morte en couches. On trouve alors une trace d’un homme qui se suicide dans l’arbre pour effacer la culpabilité d’avoir voulu vivre sa sexualité.

On trouve dans l’acte de mariage ; veuf de....C’est l’histoire du mariage de mon père avec sa 1è épouse morte en couche ainsi que la petite fille, morte elle aussi. Il épousa ensuite ma mère plus jeune que lui de 12 ans.
Aux dires de ma mère je suis née avec 15 jours de retard ; cela a entrainé chez moi une situation à travailler, j’ai eu du mal à finaliser mes projets. J’ai beaucoup d’appréhension sur les choses nouvelles ; Il peut y avoir eu chez la mère des peurs liées à l’évènement, ma mère avait fait une fausse couche avant moi. Une naissance avant terme signifie que le couple parental a des problèmes psychologiques. Ma fille ainée est née 1 mois avant la date prévue.

Les accouchements par le « siège » ; ce terme a une origine politique. (La commune, le siège de Paris,....).Un enfant a le cordon entouré autour du cou au moment de la naissance ; allez rechercher un pendu dans l’arbre généalogique. Dans les cas de césariennes, il a pu y avoir des abus sexuels dans l’arbre. L’usage des forceps marque un manque de souplesse. Il a pu y avoir dans la gestation des jumeaux, l’un d’eux a pu disparaitre. L’enfant restant cherche son double. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article