Conséquences du décès des ancêtres 1 ère partie

Conséquences du décès des ancêtres 1 ère partie

Pour que la perte d'un parent ne demeure pas irrésolue, plusieurs conditions doivent être remplies :

Tentez de connaître avec précision la cause exacte, la nature et les circonstances de la disparition par exemple :

Quelle maladie ?
Circonstances exactes du décès ?
Date du décès ?
Date de l’enterrement ?
Etat du corps ?
Etc.

Tentez de savoir quels sont les secrets que la personne disparue a éventuellement emporté avec elle.

Analysez le genre de relations établies entre la personne décédée et les personnes concernées par sa disparition.

L'élément déclencheur du décès

Pour identifier l’élément déclencheur du décès:

Recherchez dans les générations précédentes d'autres décès et / où un événement majeur (mariage, naissance) qui serait survenu au même âge. Cette analyse peut s’avérer particulièrement fructueuse car une disparition est souvent largement déterminée par des éléments généalogiques antérieurs qui ont été sources de difficultés.

Utilisez des lignes du temps biographiques synchronisées afin de visualiser les événements personnels et familiaux concomitants de la maladie et du décès.

Recherchez d’éventuelles modifications de l'environnement familial. Ces modifications peuvent avoir induit la disparition dans la mesure où elles auraient pu rouvrir d'anciennes blessures et carences familiales.

Remontez 10 ans exactement dans la vie du parent, c'est-à-dire 10 ans avant la date de son décès.

Conseils pour votre analyse transgénérationnelle

Les types décès plus susceptibles d’avoir des conséquences négatives sur les descendants sont souvent:

Les Maladies graves
Le suicide
Les Accident

Tentez de repérer dans votre arbre généalogique ce type de décès et tentez d’en rechercher les éventuelles conséquences sur les descendants.

Tentez de repérer les liens qui ont pu se nouer inconsciemment au moment du décès de tel ou tel ancêtre, Pour cela utilisez des lignes du temps biographiques synchronisées.

Décès prématurés

Lorsque vous constatez des décès prématurés, posez l’hypothèse d’éventuels caractères incestueux des mariages à mettre en relation avec le décès prématuré des descendants.

Lorsque vous constatez des décès prématurés, posez aussi l’hypothèse de vocations inachevées pour les défunts.

Décès d'enfants

La mort d'un enfant, même si elle a des causes extérieures évidentes, peut se produire sur un terrain généalogique fragilisé:

Soit l'enfant n'avait pas été souhaité
Soit il occupait une place délicate au sein de sa fratrie, par exemple celle d'un enfant mort à la génération précédente
Soit on lui avait attribué le prénom d'un parent mort avant sa naissance
Etc.

Décès et naissances

Soulignez dans votre arbre les enfants de remplacement et les naissances qui posent un problème à certain (s) ascendant (s).

Décès et honte

Lorsque les causes d'un décès sont sources de honte elles sont passées sous silence, voire falsifiées. L'ensemble de la famille reste évasif et ne mentionne jamais l'aïeul ou le parent décédé. La mort d'un parent dont on ignore tout doit donc nous laisser suspecter un décès que l'on considère comme non naturel, avilissant ou encore mystérieux. Plus les secrets portent atteinte à l'image idéale de la famille, plus il est maintenu avec force au cours du temps. Certains décès posent des problèmes très délicats, car ils sont sources d'opprobre pour les membres de la famille, par exemple, autrefois, les avortements provoqués le plus souvent clandestinement et qui se sont soldés par une mort tragique.

Tentez de repérer dans votre arbre les décès dont la cause, les circonstances, etc., auraient pu être honteuses pour la famille ou un membre de celle-ci, par exemple :

Décès en hôpital psychiatrique
Condamnations et exécutions
Décès lors d’un avortement
Suicide
Etc.

Décès lors du mariage, lors d’une grossesse ou lors d’un l'accouchement.

L’union de deux êtres est un acte sacré, tout comme l'enfantement. En aucun cas, il ne faut sous-estimer l'impact de ce type d’évènement sur les générations futures. Les décès lors d’un mariage, lors d’une grossesse ou lors d’un l'accouchement sont particulièrement graves car il s'associent à des événements considérés comme très heureux dans le psychisme .

Recherchez dans le cas d’un décès lors d’un mariage, lors d’une grossesse ou lors d’un l'accouchement, dans les générations précédentes les éventuelles unions conclues sous la contrainte et qui se sont révélées malheureuses, ainsi que, dans ce contexte de contrainte, les grossesses mal vécues et les enfants non désirés. En imposant ces alliances sans amour et ces gestations obligatoires, on a en quelque sorte forcé la nature; les descendants peuvent alors se trouver confrontés à des impossibilités, échos des sentiments réels refoulés par les aïeux.


 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article